Association genevoise
des journalistes-AGJ
12, Rue du Jura
1201 Genève
www.agj.ch
info@agj.ch

News

Les rédactions et impressum exigent le maintien des rédactions indépendantes.

Video de la journée d’action

Lors de la journée d’action du 18 mai 2021, les rédactions de « Der Bund » et du « Berner Zeitung » s’adressent à la population. Dans une action symbolique, les tronçonneuses de Tamedia vont fendre la maison qui représente le « modèle bernois »: un éditeur, deux titres, deux rédactions, deux mondes. impressum soutient les rédactions dans leur combat pour préserver l’indépendance des deux titres et rédactions et donc la diversité de l’information.

Bien que le « Berner Zeitung » et le « Der Bund » appartiennent tous deux à Tamedia depuis 2007, il a été possible de maintenir deux rédactions distinctes grâce à la pression du public. Ainsi, malgré la concentration de la propriété et la coopération plus étroite entre les rédactions, la diversité des informations et des opinions a été préservée à Berne.

En 2021, Tamedia, filiale du groupe TX, souhaite désormais fusionner les deux rédactions et réaliser des économies de coûts et de personnel. Les deux titres seront conservés, mais ce ne sera qu’une feuille de vigne. Derrière, une seule équipe éditoriale fournira aux deux titres un contenu largement identique.

Markus Dütschler, président de la Commission du personnel du « Bund » et d’impressum Bern, explique : « Der Bund et Berner Zeitung ne sont pas seulement deux titres, mais deux histoires, deux goûts, deux points de vue, chacun avec un public cible différent. Alors que le « Der Bund », en tant que journal urbain, est avant tout la voix de la ville fédérale, le « Berner Zeitung », avec ses rédactions régionales, couvre davantage l’ensemble du canton. Le canton de Berne a besoin des deux concepts dans leur diversité. »

Urs Thalmann, directeur d’impressum, ajoute : « Celui qui veut vraiment s’informer à Berne lit toujours les deux titres. Avec l’unification poussée des contenus, Tamedia perdra aussi des lecteurs. Ce faisant, Tamedia scie en définitive sa propre branche. »

  • Impressum se réjouit du rachat du Temps et de Heidi News par la Fondation Aventinus

    Le Temps est repris par la Fondation Aventinus, impressum s’en réjouit. La fondation a annoncé sa volonté active de racheter Heidi News, également motif de satisfaction pour impressum. impressum note que la rédaction du Temps redéménage à Genève, lieu d’origine du journal ; c’est là un signal aussi vers la diversité. impressum relève avec satisfaction que la fondation a indiqué vouloir reconduire tous les employés du journal Le Temps. impressum sera spécialement attentive à la mise en place ici d’une politique de long terme. Un nouveau pôle romand émerge qui vise à renforcer la diversité des médias.

    impressum lance un appel à la Fondation Aventinus pour qu’elle souscrive à la CCT de la presse écrite en Suisse romande, ce qui constituerait un signal favorable à la fois au journalisme de qualité et à de bonnes conditions de travail.

    impressum demande au surplus que dès maintenant les équipes des titres concernés soient associées aux travaux à venir.

    La Fondation Aventinus a été fondée avec le soutien de la Fondation Hans Wilsdorf de la Fondation Leenards, la Fondation Jan Michalski et de quelques mécènes. Il est prévu qu’Eric Hoesli, qui a été le premier rédacteur en chef du Temps, dirige le conseil d’administration de la future entreprise. impressum veut y voir un geste salutaire en direction d’une conduite professionnelle de la part de la Fondation Aventinus.

    Pour davantage d’informations :
    Dominique Diserens, secrétaire centrale impressum, 079 243 80 25
    Edgar Bloch, vice-Président impressum, 079 239 63 26

  • REPRÉSENTANTS DES RÉDACTIONS, RENCONTRE DU 01.10.2020

    Vous trouverez en cliquant ici le PV de la dernière rencontre organisée par l’AGJ, autour des questions d’aide à la presse.

  • AIDE AUX JOURNALISTES : APPEL URGENT AUX AUTORITÉS CANTONALES DE GENÈVE

    Communiqué de presse – AGJ – Genève, 16 juin 2020

    Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le secteur des médias est frappé de plein fouet par la chute vertigineuse des recettes publicitaire, l’annulation de multiples annonces et événements. Début avril 2020, une dizaine d’organisations professionnelles et d’associations lançaient un appel urgent aux autorités fédérales et cantonales : « Urgence pour la démocratie: Sauvons le journalisme et les médias ! ». Cet appel cosigné notamment par impressum – la plus importante association professionnelle de journalistes en Suisse –, Syndicom et Reporters sans frontières, demandait aux autorités de réagir au plus vite face à l’ampleur de la crise touchant depuis des semaines les médias en général, et la presse écrite en particulier.
     
    Cet appel a depuis été entendu à plusieurs niveaux. La Confédération a ainsi promis des aides d’urgence. Le 8 mai 2020, la Canton de Fribourg a décidé de débloquer 5,34 millions de francs pour maintenir l’emploi, les titres et le journalisme de qualité. De son côté, le Canton de Vaud a décidé d’apporter 1,2 millions d’aide indirecte via des annonces et publicités dans les titres, et envisage d’autres mesures supplémentaires.
     
    Et à Genève ? Rien de tel n’a encore été entrepris, alors que La Tribune de Genève et Le Courrier se retrouvent aussi confrontés à une des pires crises de leur histoire. Il s’agit des deux seuls quotidiens d’information genevois restants, après la disparition successive dès les années 1990 de La Suisse, puis du Journal de Genève et du Nouveau Quotidien. Le déménagement de la rédaction du Temps à Lausanne a encore accentué le phénomène d’appauvrissement pénalisant la qualité du traitement médiatique des actualités genevoises.
     
    L’Association genevoise des journalistes-AGJ alerte les autorités cantonales. Et les prie d’agir sans tarder pour limiter la casse : sans intervention, les médias d’informations locaux risquent de subir de nouveaux licenciements d’ici cet été. Or, plusieurs moyens simples et rapides de soutenir indirectement les médias existent : annonces cantonales publiées dans ces titres, soutien à des abonnements pour les jeunes atteignant leur majorité, etc.
     
    L’AGJ recommande en particulier des mesures d’aides aux journalistes, et notamment aux journalistes libres, premiers touchés par la crise. Par exemple, à travers la création de prix ou le co-financement de projets d’enquêtes et de reportages sur des thèmes locaux et d’intérêt public ; par le soutien à des projets d’éducation aux médias à destination des écoles, impliquant des journalistes ; ou encore, par un soutien ponctuel aux organisations professionnelles, comme les Sociétés de rédacteurs et les associations de journalistes gérant des fonds de solidarité.
     
    A Genève, l’AGJ représente 365 journalistes professionnels. Elle a été fondée en 1900 (ex-Association de la presse genevoise) et fonctionne aujourd’hui comme section cantonale d’impressum, forte de plus de 4000 membres.
     
    Pour l’AGJ,
    Gilles Labarthe, président, et Marc Bretton, vice-président



    Liens :
    OFCOM, « Coronavirus: Aide immédiate temporaire en faveur des médias »
    Etat de Fribourg, nouvelle mesure de soutien aux médias